Les Kids in the box

Les pays et leurs légendes, les sociétés et leurs représentations, les individus et leurs expériences sont autant de sujets dont s’inspire Vinca Migot pour donner vie à son art. Pour autant, elle ne s’arrête pas à cette diversité thématique. Elle pratique également la variation des outils et des supports, notamment avec sa série Kids in the box, qui se décline en format 2D et format 3D. 

Créer un microcosme et découvrir des vies minuscules

Les œuvres Kids in the box, et plus particulièrement celles en trois dimensions, développent un concept qui fait écho au diorama inventé par Louis Daguerre. En effet, dans l’espace d’une petite boîte, de métal ou de bois, toujours recyclée (ou upcyclée), Vinca Migot dresse des architectures miniatures. Ce sont des microcosmes, souvent très colorés, où évoluent des enfants et des adolescents. L’artiste s’était d’ailleurs déjà intéressée à l’articulation microcosme / macrocosme avec son album La Cité.

Les scènes contenues dans les boîtes ou les portraits qu’elles renferment sont des représentations minuscules de vie. Ce dispositif rappelle les livres pop-up prisés par les enfants, qui font surgir des mondes en papier et carton au gré des pages. On songe également au personnage d’Arrietty et au « petit monde de chapardeurs » inventé par Mary Norton dans sa série romanesque du même nom et repris par les studios Ghibli (2010), ou encore à la petite Poucette, cette petite fille pas plus grande qu’un pouce qui fait l’objet du conte de Hans Andersen (1835). 

Cependant, les Kids in the box ne sont pas qu’une histoire de taille ; ils sont aussi des représentations de « vies minuscules », selon l’expression de l’auteur Pierre Michon. Sa littérature hagiographique donne vie aux objets de mémoire, qui témoignent silencieusement d’anecdotes générationnelles. Les objets disséminés dans les boîtes de Vinca Migot sont aussi pourvus d’une âme, passeurs d’une histoire. Les personnages de Pierre Michon sont pour la plupart anonymes : leurs histoires sont parcellaires, en plus d’être anodines. S’ils sont bien loin d’être insignifiants, les destins mis en boîte par Vinca Migot questionnent cependant l’insignifiance qu’on leur impose, la norme à laquelle on les soumet.  Ces vies sont a priori minuscules car appartenant à un âge transitoire, éphémère : l’enfant meurt et laisse place à l’adulte.

Explorer les thèmes de l’enfance et de l’adolescence

De fait, l’écrivain Pierre Michon, dans les Vies minuscules, livre une littérature autotélique qui questionne l’existence d’une langue primordiale. Le récit fait de l’enfance un seuil symbolique pour ce langage, à juste titre puisque l’enfant, l’infans en latin, c’est celui qui ne parle pas.  Avec les Kids in the box, Vinca Migot amorce une réflexion similaire sur la place et le pouvoir de la parole, le premier rapport au monde se faisant par les images et les mots.

Elle invite le spectateur à replonger dans l’âge de l’innocence, dans la sphère de l’intime juvénile, au travers de thèmes vastes et universels comme l’esprit d’aventure, les premiers amours, l’amitié, etc. On voit réapparaître certains motifs de façon récurrente mais parfois discrète, à l’instar de l’ourson. Il renvoie à l’ours en peluche que chérissent les enfants et qui sert de premier alter amical. Les Kids in the box explorent en quelque sorte la phase d’éveil au monde, dynamisée par l’éternelle question du « Pourquoi ? ». 

 Chaque boîte est l’occasion d’une rencontre, d’une analepse. On trouve également de nombreuses références aux contes, et à leur impact sur les représentations de vie. Cependant, les références sont souvent subverties, dissonantes.

Des boîtes... pour lutter contre l’enfermement

Le concept de boîte permet au spectateur de s’attarder sur « l’espace du dedans ». On emprunte l’expression à Henri Michaux, lequel pourtant incarnait « le refus de l’enfermement » selon Maurice Blanchot. Justement, les Kids in the box interrogent cet espace du dedans,  où naissent les rêves, les pensées, les imaginaires, à partir des impressions fugitives du monde. Toutefois, l’espace du dedans fait aussi naître les oppressions extérieures, qui viennent conditionner, marteler et polir la jeunesse. Les contes et les schémas archétypaux qui bercent l’enfance sont les premiers facteurs d’enfermement ; l’enfant est invité à suivre des patterns, se laisse conditionné par un imaginaire imposé, rentre dans un âge adulte tout anesthésié. Michaux exprime cette crainte dans son invocation des « Visages de l’enfance » (L’espace du dedans, pp. 305-306) :

Visages de personnalités sacrifiées, des « moi » que la vie, la volonté, l’ambition, le goût de la rectitude et de la cohérence étouffa, tua […]
Visages de l’enfance, des peurs de l’enfance dont on a perdu plus la trame et l’objet que le souvenir, Visages qui ne croient pas que tout a été réglé par le passage à l’âge adulte, qui craignent encore l’affreux retour

Les « enfants dans la boîte » exposent le moule auquel on prédispose les nouvelles générations et, symétriquement, la liberté qu’on leur soustrait. Dans le travail de Vinca Migot, on retrouve souvent, parmi de nombreux autres, le motif du code barre. Il souligne le conditionnement, le formatage, encore plus prégnant depuis le début de l’ère du covid.

Box Princess par Vinca Migot
Box Princess

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants… Voilà comment se terminent nos contes de fées ; pourtant, la boîte Princess dévoile une autre réalité de ce monde féérique. L’enfant doit s’agenouiller face au conditionnement de la beauté et face aux représentations du pouvoir et de la puissance. Quel sera sa vie, s’il ne parvient à être prince ou princesse ? 

Watch out par Vinca Migot
Watch out

La boîte Watch Out, aux allures de boîte à outils, rappelle les dangers des choses minuscules pour les vies minuscules que sont les enfants. Les dangers du monde sont réunis, matérialisés et ramassés dans cette boîte. 

Soft Touch Trap par Vinca Migot
Soft Touch Trap

Cette boîte sur laquelle il est écrit Soft Touch et qui inviterait ainsi à la douceur renferme un terrible secret : son contenu fait penser au monde infernal, où des créatures horrifiques rivalisent de monstruosité, à l’instar d’un serpent qui enserre des enfants. Cette boîte met ainsi l’accent sur les  informations mensongères et fallacieuses dont il faut se méfier. 

Ogre's Antrum par Vinca Migot
Ogre's Antrum

Les contes eux-mêmes illustrent les périls de l’enfance. L’Antre de l’ogre invite le spectateur à s’interroger sur l’origine de ces dangers. 

Un art d’engagement

Ainsi, Les Kids in the box proposent une véritable expérience réflexive et engagée, selon l’attitude que l’on adopte face aux boîtes :

  • Le spectateur peut rester passif, devant la boîte close. Il passe, littéralement, à côté de sa mémoire, renonce au questionnement, s’adonne à l’enfouissement.
  • A l’inverse, le spectateur peut décider d’ouvrir la boîte et ainsi de s’ouvrir, psychiquement, au souvenir de l’enfance. La boîte est une invitation à faire dialoguer les espaces et les temporalités. A la mémoire du passé se greffent les espérances du futur. A l’énergie écrasante du monde extérieur et vaste s’ajoute la dynamique pulsionnelle et vitale d’un monde intérieur clos mais profond.

Pour autant, il convient de nuancer la démarche de Vinca Migot ; certaines boîtes sont plus ambiguës, à l’instar de celle de Pandore. Qui connait le mythe devine aisément que se rejoue dans cette boîte le piège de la tentation et peut légitimement s’interroger sur la nécessité de l’ouvrir une nouvelle fois. Plus qu’un art engagé, Vinca Migot procède à un art d’engagement, questionnant le positionnement et la mobilisation du spectateur. Rappelons que l’engagement est le fait de mettre en gage quelque chose, peut-être ici notre éthique.

Laisser un commentaire